Forumverse.info

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Sorties

Fil des billets - Fil des commentaires

Mardi 18 mai 2010

Les Rails de l'Humour

Le concours, d’envergure nationale, "les Rails de l'Humour" (organisé par Juste pour rire et IDTGV, en partenariat avec Europe 1) a vu concourir 11 finalistes régionaux le lundi 17 mai dernier, devant un jury professionnels. 
 
C'est Damien Lecamp (jeune comique de 28 ans) qui a remporté ce concours et ainsi gagné le droit de faire la première partie d'un gala organisé par Juste pour rire en septembre 2010 à l’Olympia. Vous pouvez d'ors et déjà le retrouver au Café-théâtre (18, rue de Beaujolais, 75001 Paris).

Pour des raisons d’organisation la salle a du changer (initialement prévue au Café de la Gare elle a eu lieu dans la magnifique petite salle - "studio sans meuble" - du Studio des Champs Elysées. La soirée parrainé par Anthony Joubert et l'excellentissime Vérino (à découvrir si vous ne connaissez pas encore) et avec Denis Maréchal, en maitre de cérémonie (qui a sorti deux vannes sous l'insistance du public), a permis de découvrir 11 comiques débutants, 11 style humoristiques différents, 11 crises de fous rire.
 
Bon mon choix perso n'a pas été celui du jury, mais comme le public pouvait voter pour choisir les 4 finalistes (il y en a eu 5 à cause d'un ex-aequo), j'ai quand même pu faire valoir mon vote. La plus part de ces artistes sont présent au Théâtre LE BOUT (62 rue Pigalle- 75009 Paris) et il faut les soutenir. Et bien entendu, en regardant Nolife vous en verrez une, Karine Lambin, actrice de "Flander's company" et de feu "Geek's life". Mais trève de blabla, voici la liste de tous ceux qui étaient présents et qu'il vous faudra suivre :

Pour le nord ouest : Emilie Deletrez et Waly, 
pour le nord est : Sébastien Bizzotto et Manuela Gross (Antoinette), 
pour l'Ile de France : Orty & Nancy Grandhotel et Damien Lecamp (Dandy de Paris), 
pour le sud ouest : Karine Lambin, Martial64 et Farid de Bayonne  
et pour le sud est : Cyril Etesse et Ali Bougheraba
   
Je ne vous mettrais qu'un extrait (pour les autres rendez-vous sur le site Les rails de l'humour). En attendant je vous laisse avec, non pas Karine (même si j'ai voté pour elle), mais avec Cyril Etesse (sorte de croisement physique entre Loopin de l'Agence tous risques et Fabrice Luchini)  : 
   

Billet original sur Webzine

Jeudi 25 février 2010

Spamalot

Sans vouloir me la raconter, j'ai eu la chance il y a quelques années d'assister à la version originale de Broadway de la comédie musicale tirée de l'œuvre des Monty Python en général et de Sacré Graal en particulier. Étant loin d'être un fan de comédie musicale sous toutes ses formes, c'était la seule pièce que j'étais prêt à aller voir dans cette mecque new-yorkaise du kitsch.

Lire la suite

Billet original sur Webzine

Dimanche 19 avril 2009

Stress en pièces

Le Théâtre JOB (créé en 1973 et devenue professionnelle en 75) est une Compagnie de théâtre ne joue que ses propres créations (l'auteur étant le père de la troupe, auteur et comédien Georges Berdot). Cette troupe peut également répondre à toutes sortes de propositions (mise en place d'interventions spécifiques, animations, réalisations de film vidéo, spectacles événementiels, etc). La CRAM (Caisse Régionale d'Assurance Maladie) par exemple à passé commande d'un spectacle à haute teneur humoristique sur l'un des "maux" les plus répandus de notre société moderne (un travailleur sur trois en souffre), à savoir le stress !

L'origine de cette pièce est née de la volonté de parler de ce mal moderne. Ce sujet nous concerne tous que ce soit dans le domaine professionnel oui privé, et ce, avec des conséquences dramatiques. C'est l'occasion d'avancer des chiffres sans tomber dans un discours médical ou économiste sur le sujet, tout en lançant des piques pour que nous revoyons tous ensemble et individuellement comment moins générer de mauvais stress. A travers des scénettes du quotidien, ils arrivent à nous faire rire de l'énervant, nous faire réfléchir sur le triste et nous invite à regarder de l'autre côté du miroir (fabuleuse scène ou après avoir vu s'énerver les guichetiers acariâtres, on voie les clients tout aussi insupportables). Ces petits moments de vie, qui comme ces décors, sont minimaliste mais d’une extrême ingéniosité. On y sent tout de même la plume provinciale qui emploie des angles qu'on a pas/plus l'habitude de voir à Paris (tel la scène des petites vielles à la messe). Les institutions et les entreprises multiplient ce type de commandes. Ce support est très intéressant, moins anxiogène et plus attractif il permet de lever des aprioris et de facilité la transmission du message. Ainsi le Théâtre JOB a ainsi déjà donné le jour à différents spectacles tels que “L’euro des temps modernes”, “Mots de tête”, “Plein feu sur le Code”, “Point limite”. Les médias avaient beaucoup mis en avant, il y a quelques années déjà Théâtre à la Carte (crée en 1984), leader du théâtre d'entreprise et formations comportementales. Leur point commun est l'humour, la surprise et la possibilité d'échange à la sortie de la représentation.


Stress en pièces

Écrit et mis en scène par Georges BERDOT avec Agnès SAUBION, Georges BARAX, Georges BERDOT, Philippe DUBUCQ et Christian RITTER Régie de Françoise SANALOUBAT un spectacle produit par COTHEA

Billet original sur Webzine

A suivre... !

A suivre... ! [Théâtre - Contemporain] Lieu : Café de la Gare - Paris Dates : du 23 Octobre 2008 au 31 Mai 2009

Texte et mise en scène de Jérémy Manesse avec Odile Huleux, Réjane Lefoul, Laurie Marzougui, Olivier Mag, Jérémy Manesse.

Jérémy Manesse a voulu déconstruire les séries TV modernes (depuis Alias, Lost...) en utilisant des archétypes de personnages du petit écran (et de BD/Comics). La pièce commence par une introduction de l'auteur visant à savoir qui dans le public est accro aux séries (et surtout pour rassurer ceux qui n'en connaissent aucune). Un bon moyen de voir qu'une fois de plus nous étions dans la catégorie "gros mordus" et à Gwen de montrer son talent à une salle entière dans la langue de William Shakespeare dans la prononciation du titre de la série "Desperate Housewives".

Ensuite la pièce commence par un super générique dont la BO parodie celle de la série prison break. Une chanson à télécharger sur le site asuivre.org et à retrouver sur rireetchansons.fr.

Mais avant de vous dire que tout tourne autour de la série Alias, Lost, X-Files, Friends, Le manège enchanté etc... voici le résumé de la pièce :

Margotte est accro aux séries télé américaines… et sa vie va en devenir une. Elle en consomme sans modération, au grand désespoir de Damien, son compagnon. En compagnie d’Emile, sa complice de télé aussi atteinte qu’elle, elles visionnent des DVD à longueur de journée. Mais un jour, une étrange pompière et un mystérieux agent secret, font irruption dans l’appart. Très rapidement, le petit appartement de Margotte devient le théâtre d’un scénario rocambolesque. Est-elle tombée dans une des séries qu'elle affectionne ?

Cette quatrième pièce de Jérémy Manesse (les précédentes étant « Harem Underground », « La Partenaire de l'inspecteur Murdock » et « Une comédie légère ») est légère, elle lui permet de donner ses arguments sur le téléchargement des séries, l'oisiveté née de l'abandon à la paresse addictive télévisuelle...
Puis c'était la centième quand on y a été, donc il flottait un petit air de fête qui a fait bafouillé Olivier Mag sur l'ordre des services secrets pour lesquels il travaillait. Ce qui a fait que ce que le public ne devait pas comprendre, ben il ne l'a pas compris deux fois plus, et ça c'est bien. Je suis conscient que pour comprendre cette dernière phrase faut voir la pièce mais bon l'idée c'est bien de vous inciter à y aller alors ....

A suivre Café de la gare 41 rue du temple 75004 Paris Jusqu’au 31 décembre Dimanche, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Samedi à 19H00. Location : 01 42 78 52 51

Billet original sur Webzine

Jeudi 19 mars 2009

L’exposition Méliès, magicien du cinéma

Je me rappelle un après midi sur TF1, à la sortie de l'école (école primaire), en mangeant mon steak haché (j'aime pas le steak haché) et les épinards (les épinards ça va merci, et vous ?) tout droit venu du marché  je regardais le film "Le voyage dans la lune". Méliès, j'adorais ses êtres étranges, la poésie et cela avant de savoir qu'il avait tout inventé, que jusqu'aux années 70 avec Georges Lucas, rien n'avait bougé depuis ses innovations, qu'il avait fini dans la misère oublié de tous.

Depuis le 16 avril (jusqu'au 29 juin 2009) la Cinémathèque française expose 700 pièces de l'œuvre de Georges Méliès. On déplore au travers de cette expo qu'il n'y ai pas de musé en l'honneur de ce géant. Car s'il y a un nom à retenir dans le cinéma fantastique ce n'est pas Kubrick pour son 2001, pas Lucas pour son space opéra (pardonne moi saint Georges), ni Ron Howard pour la première véritable adaptation de fantasy (quoi j'oublie Conan, tu sais qui l'a réalisé toi ??). A la visite du musé on pleure à la pensée que le Studio de Montreuil, premier studio vitré (1897) réalisé uniquement pour la prise de vues cinématographiques à été détruit après guerre (1947). Que les pouvoirs publics on préféré tout raser, laissant à peine récupérer le matériel que de le sauver. Il n'en subsiste qu'une représentation 3D, les plans et esquisses préparatoires du film le plus abouti que Méliès ait tourné dans son studio : "La Conquête du Pôle".

Méliès est magicien de formation, machinerie théâtrale, pyrotechnie, effets d'optique, arrêts de caméra, fondus enchaînés, surimpressions, prestidigitation, effets de montage et effets de couleurs sur pellicule, tout semble avoir été conçu et utilisé par ce virtuose de la technique. Mais c'était aussi un peintre et un acteur (il tourne dans ses propres films). Il a inventé tous les effets spéciaux du XXe siècle mais aussi les storyboards, le film couleur (il les colorise en partie à la main), les films de monstre géant (cf. "La Conquête du Pôle" 1912).

Parmi les 500 films qu'il a réalise entre 1896 et 1912 (alors que les frère lumières avaient refusé de lui vendre leur caméra) quelques un sont diffusés "La Conquête du Pôle", "Le Voyage dans la lune", film-phare de Méliès (1902), "Faust aux Enfers" (1903), "Le Mélomane" (1903)...

Je n'ai pas vraiment envie de m'étaler sur cette expo qui est forcement trop petite, qui ne montre évidemment pas assez de films et d'objets pour assoiffer ma soif. Car il est évident que je ne pourrais jamais me lasser de Méliès, ce créateur de rêves, ce poète qui a tout créé malgré les tentatives de récupération des majors de l'époque (Pathé, Gaumont et Eclair). Je l'aime pour sa fidélité à la magie (il était propriétaire du théâtre de Robert-Houdin)... bref je ne veux plus parler de cette expo car j'aimerais que vous y alliez pour la découvrir de vous même. Pour découvrir cet homme... et ainsi vous laisser tenter par l'achat du Coffret de 29 Films de Georges Méliès édité depuis le 1er avril 2008 par MK2 (33 €).

 

INFORMATIONS PRATIQUES :

- 51 rue de Bercy.
- Métro : Bercy ( lignes 6 et 14 ).
- Bus : 24, 64, 87. 
- Renseignements au 01 71 19 33 66 / Réservations au 01 71 19 33 38 
- Horaires : Du lundi au samedi de 12h à 19h, nocturne le jeudi jusqu’à 22h. Dimanche de 10h à 20h. Fermeture le mardi. 
- Tarifs : Plein tarif : 5 € / Tarif réduit : 4 € / Moins de 12 ans : 3 € / Forfait Atout Prix : 3,5 € / Carte CinÉtudiant : 3,5 € / Libre Pass : Accès libre. Gratuit tous les dimanches, de 10h à 13h.

Billet original sur Webzine

Dimanche 15 février 2009

De Miró à Warhol

Lire la suite

Billet original sur Webzine

Vendredi 6 février 2009

Jackson Pollock et le Chamanisme

Jusqu'au 15 février 2009, à la Pinacothèque de Paris, se tient l'exposition "Jackson Pollock et le Chamanisme". Très connu pour ses drippings, les fameuses toiles sur lesquelles il jette de la peinture, Jackson Pollock fut aussi marqué par l'art amérindien et par le chamanisme. Cette exposition propose une relecture de son oeuvre et émet une hypothèse sur le pourquoi du comment il en est arrivé à l'abstraction.

Lire la suite

Billet original sur Webzine

Dimanche 18 janvier 2009

Estampes japonaises images d'un monde éphémère

150 estampes sont exposées à l'ancienne Bibliothèque nationale de France (site Richelieu) du 17 novembre 2008 au 15 février 2009.

Ces estampes, ou ukiyo-e, illustrent l'âge d'or du genre de la fin du XVIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle et le goût et le mode de vie de la bourgeoisie citadine de l'époque Edo, capitale shogunale et ancienne Tôkyô. Elles avaient perdu la grâce de cette bourgeoisie jusqu'aux années 80. Ce sont des affiches de théâtre, de représentations d’acteurs, de sumôs, de scènes quotidiennes, de courtisanes célèbres et d’érotisme. Des dessins sobres, d'un raffinement extrême, qui sont mis en valeur par des couleurs sublimes (pour ce qui est des polychrome bien entendu, les monochromes eux bien entendu sont moins colorés).

La visite commence au premier étage, dans la galerie Mazarine, où les outils de ces artistes nous sont présentés. Nous suivons avec un large éventail de thèmes liés à l'écoulement de la vie terrestre éphémère, vision hédoniste d'une société qui s'exprime, son mode de vie, ses aspirations et jusqu'à ses fantasmes les plus intimes dans les estampes érotiques. Nous poursuivons la visite dans la crypte vouée à l’estampe de paysage qui met à l’honneur Hokusai (1760-1849) et Hiroshige (1797-1858), respectivement représenté par ses trente six vues du Mont Fuji ses trente six Fuji (avec une utilisation magnifique des couleurs que les pancartes désignent comme bleu de Prusse).

On y découvre notamment des extraits de La Manga de Hokusai, une enxyclopédie par l'image qui servait de manuel de peinture de plus de huit cent pages (réunies en quinze volumes, publiés entre 1814 et 1878).

Un commentaire MP3 était à télécharger sur le site de la BnF. Dommage que je n'ai pas eu la curiosité de les chercher : http://expositions.bnf.fr/japonaises/visite/index.html


Bibliothèque nationale de France - Site Richelieu58, rue de Richelieu 75002 Paris

Programmation
Du 18 novembre 2008 au 15 février 2009.
mar à sam de 10h à 19h. dim de 12h à 19h. Fermé lun et jours fériés.

Entrées
réduit : 5€
normal : 7€

Billet original sur Webzine

Lundi 12 janvier 2009

Valérie Lemercier au Palace

Valérie Lemercier du 5 novembre 2008 au 9 janvier 2009 au Palace. Elle inaugure la réouverture du théâtre qui avait fermé en 1996. Les travaux de restauration du Palace avaient commencé en février 2007 sous la houlette des Monuments Historiques (le théâtre est classé). L'objectif était de restituer le décor du théâtre d'origine, tel qu'il a été construit en 1923, avec les aménagements techniques et la fonctionnalité d'une salle de spectacle moderne. Bon mais le sujets n'est pas l'architecture, mais de Valérie Lemercier (l'actrice des Visiteurs, Vendredi soir, Fauteuils d'orchestre..., réalisatrice du Derrière, Palais royal !). Membre à part entière du monde du théâtre, elle a un petit penchant pour la performance seule en scène.

Ce que je vais écrire il fallait se déplacer pour le voir car il n'y a eu aucune captation (il n'y aura donc aucun DVD du spectacle). Seul notre mémoire gardera trace de la "vieille carne de bastide", 'la manageuse d’artistes enceinte jusqu’aux yeux", "la voisine relou", "le veuf belge", "la fille de psy", "Anh Dao" (la fille adoptive des Chirac), "la prof de danse ukrainienne sadique" et les hilarantes pastilles (proche des haïkus) qui se font le temps d'une traversée de scène (exemple : "J’étais avec ma sœur dans le salon. La femme de ménage a traversé la pièce. Elle portait le pull que m’a offert ma sœur").

Très proche du théâtre, on est loin du Stand Up et du One Man Show habituel qui se veut plus interactif, où l'acteur/comique installe une complicité avec le public. Là ni bonjour ni aurevoir, ni référence au fait que nous avons assisté à la dernière. Tout est scénarisé, figé par des "noirs". On a des scènettes très différentes et une véritable performance d'actrice (passé de la femme enceinte, au mec du sud échangiste...). L'humour est très bobo mais parfois il faut faire partie de son monde pour rigoler, comme si nous étions face à des privates jokes. Il est dommage que ce soient les vannes salaces du type “bouffer la chatte à maman” qui fassent rire sans retenu toute la salle.
Après six ans d'absence sur scène et trois spectacles couronnés chacun d'un Molière du meilleur one man show, Valérie Lemercier ne fait pas le retour que nous aurions espéré.
    

Une réservation dès le début des ventes était vivement conseillée pour s’assurer les meilleures places. Notez par ailleurs qu’il n’y a, à l’heure actuelle, aucune autre date programmée en France.

Côté prix, il fallait compter de 39,00 € à 59,50 € selon la catégorie de billet souhaitée.

 
Beyonder

Billet original sur Webzine